MAIORES NOSTRI

Massacre au milieu des faïences

jmg, · Catégories: Non classé

Trois gardiens de la paix qui poursuivent un chien et s’acharnent sur lui à coups de sabre et de revolver dans un magasin de faïence, telle est la scène surréaliste avant la lettre évoquée dans Le Petit Niçois du 2 juillet 1887. Cela fait pourtant deux ans que Pasteur a vaincu la rage, mais la maladie continue à effrayer.

« Chien enragé. — Un chien enragé a mis hier en émoi tout le quartier de la place Garibaldi. Les agents de police Pons Laurent, Bertaut et Susini l’ayant aperçu, se sont mis à sa poursuite et ils ont réussi à le massacrer à coups de sabre et de revolver, dans le magasin de Mme Hélène Vial, marchande de faïence, où il s’était réfugié.
Le chien d’un voisin qui avait été mordu, a éte capturé et enfermé à la fourrière du Château où il sera soumis à l’examen d’un vétérinaire et probablement abattu.
Quelques dégâts ont été effectués dans le magasin de Mine Vial ; nous pensons qu’ils seront remboursés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.