MAIORES NOSTRI

Une langouste contestable, Nice 1887

jmg, · Catégories: Non classé

Le Petit Niçois du 22 août 1887 offre un article qu’on pourrait ranger avec ceux assez fréquents qui évoquent des querelles entre femmes, souvent de petite vertu. Celui-là a la particularité d’être presque un document sociologique sur les deux femmes mises en scène :

« À la Poissonnerie. – Une scène tragi-comique s’est déroulée hier vers 18 h. 1/2 du matin à la halle aux poissons. Une dame se présente à une marchande et lui demande une langouste très fraîche.. Comme. l’acheteuse a peur des antennes du crustacé, elle n’ose pas le toucher pour l’examiner. Elle paie et emporte la langouste dans un panier soigneusement fermé. Mais, en arrivant chez elle un des membres de sa famille croit s’apercevoir que le crustacé n’est pas précisément de la première fraîcheur et exhale même certaine odeur suis generis.
La dame devient alors furieuse, rapporte la langouste à là marchande et veut se faire.rendre. l’argent déboursé. La poissonnière refuse, une altercation s’en suit et le différend est porté devant un agent de police qui passait. Ce fonctionnaire réussit à grand peine à faire reprendre a la. marchande le poisson à la fraîcheur douteuse. Mais cette dernière n’a pu s’accommoder longtemps de cet arrangement forcé. Cédant à son caractère emporté, elle a pris à parti la dame et l’a achevée d’injures.
Celle-ci, terrifiée sous le flot du vocabulaire poissard que lui lançait à la tête la dame de la halle a dû recourir une seconde fois à l’intervention de la police, pour calmer sa trop irascible adversaire. »

Les deux protagonistes du fait divers incarnent chacune un type social.
La marchande se caractérise par son truculent langage et par l’honnêteté très relative qui ne l’empêche pas de vendre une langouste à la fraîcheur douteuse. Un adjectif la résume :  » poissard « , en assonance avec poissonnière, Il signifie, pour Littré, « qui imite le langage et les mœurs du plus bas peuple. »
La cliente représente au contraire la femme bourgeoise qui s’est créée au XIXe siècle. Elle a entre autre tache celle de veiller aux repas de sa famille. Et plus la condition de celle-ci est supposé être haute, plus les compétences exigées sont élevées. La dame doit être capable de reconnaître une langouste fraîche comme son mari de découper un gigot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.