Archives pour la catégorie accidents

Une petite fille brûlée, Nice 1885

L’article que propose Le Petit Niçois du 8 septembre 1885 est conforme aux règles du style journalistique : il présente brièvement les faits, en l’occurrence la mort horrible d’une enfant, et ensuite détaille la suite d’événements qui ont mené à cette triste conclusion. Mais ici le journaliste va construire une véritable page de roman dont le style est très proche de celui des romanciers naturalistes contemporains et, quand l’information fera défaut, il lui suppléera par l’imagination, non sans insister sur tous les points qui peuvent émouvoir, voire secouer, le lecteur.

Continue la lecture

Deux drames à Villefranche, Alpes-Maritimes 1885

Le Petit Niçois du 21 mai 1885 propose à ses lecteurs deux articles qui ont pour point commun de concerner Villefranche-sur-Mer. Leur répartition dans le journal amène une réflexion sur la perception du fait divers : le premier, qui rapporte un horrible accident, est placé dans la  » Chronique locale », alors que l’autre, proche du vaudeville, va dans la  » Chronique régionale ».

Continue la lecture

Il s’endort en conduisant, Alpes-Maritimes 1884

Le Petit Niçois du mercredi 13 février 1884 rapporte un accident peu banal :

« Accidents. — Un très grave accident s’est produit lundi soir sur la route du Var.
M. Robert, commissaire de police du 4me arrondissement, était prévenu le soir vers 5 heures, par un garde-champêtre, qu’un cadavre gisait au milieu de la route du Var. Le docteur Guillabert, immédiatement mandé, se rendit sur les lieux avec M. Robert pour procéder aux constatations médico-légales.
L’identité du cadavre fut bientôt établie. C’est le nommé Pietro Bona, âgé d’environ 40 ans, sujet italien, au service de M. Honoré Teisseire, fabricant à La Colle, canton de Vence. déplacer
On eut bientôt la preuve que Bona avait été victime d’une imprudence. Quelques instants auparavant il avait été vu sur la route assis sur la charrette qu’il avait l’habitude de conduire. Il se laissait aller à la somnolence. Il s’était sans doute endormi et était tombé de son véhicule. Une des roues lui a passé sur le corps au- dessus des reins, broyé les côtes et la colonne vertébrale.
Le cheval qui traînait la charrette, connaissant parfaitement son chemin, a continué sa marche et il est rentré tout seul à la Colle.
Après les constatations d’usage, le cadavre a été transporté à la Morgue. »

La Colle-sur-Loup

Encore un accident de la route, Roquebrune 1883

Encore un accident de voiture : à qui en revient la faute ? Au cheval, bien sûr, comme peuvent le découvrir les lecteurs du Petit Niçois le mercredi 14 novembre 1883 : Continue la lecture

Un accident de voiture en 1883, Alpes-Maritimes

Le 31 juillet 1883, les lecteurs du Petit Niçois peuvent lire le récit d’un accident qu’on aurait certainement pu éviter :

« Un grave accident est arrivé hier sur la route de Nice à Monaco.
M. Charles Kellermann et Mme C. A. avaient pris à Monaco la voiture n° 43 pour venir à Nice. Arrivés près de la gare de la Turbie, ils rencontrèrent une autre voiture qui suivait la même direction. Comme cela arrive trop souvent, les deux conducteurs cherchaient à se dépasser et une sorte de course s’engagea. Ce jeu devait avoir une triste issue !
Les chevaux de la voiture où se trouvaient M: Kellermann et Mme C. A. s’emballèrent et vinrent se jeter sur le parapet du pont Saint-Laurent.
Un des chevaux fut précipité au fond de l’escarpement ; il s’est tué sur le coup. L’autre cheval a été retenu par le parapet, mais le choc a été si violent qu’il a une épaule enfoncée.
Le cocher a été blessé assez gravement à la jambe. Quant aux deux voyageurs, ils en ont été quittes pour la peur. La voiture est en pièces.
Ce que nous ne devons pas passer sous silence, c’est la conduite blâmable du conducteur de l’autre voiture, lequel a continué sa route vers Nice, sans donner aucun secours aux malheureuses victimes de cet accident. M. Kellermann et sa compagne ont dû regagner Monaco à pied. »

La Turbie sur une carte postale ancienne.

Horreurs en série, hiver 1883

Au XIXe siècle, le feu est partout : aux traditionnelles bougies et cheminées, le progrès a ajouté poêles et lampes à pétrole. Outre les incendies, les accidents domestiques sont fréquents et leur récit, qui n’est pas toujours dénué d’une certaine complaisance pour l’horreur, revient régulièrement parmi les faits divers. Le Petit Niçois du 10 janvier 1883 rapporte ainsi un de ces drames : Continue la lecture

Tué par une chèvre, Alpes-Maritimes 1883

Tragique et insolite à la fois, la mort de ce jeune ouvrier sur un chantier au pied des montagnes dans les Alpes-Maritimes, telle que la raconte le Petit Niçois du 13 février 1883 : Continue la lecture

Un accident domestique en 1882

Il y a toujours eu des accidents domestiques et leur nature change suivant les avancées du progrès, comme le suggère un article du Petit Niçois paru samedi 25 novembre 1882 :

« Du danger des lampes à pétrole. – Notre correspondant de Roqiebillière nous écrit :
Aujourd’hui ont eu lieu, à Roquebillière, les obsèques de la demoiselle Corniglion Anne-Marie, à peine âgée de 18 ans, victime, il y a peu de jours, d’un bien malheureux accident.
Cette jeune fille, domestique chez la veuve F…, voulant éteindre une lampe à pétrole, mit feu, on ne sait comment, au récipient, qui éclata, projetant sur la malheureuse le liquide enflammé.
En un instant elle fut enveloppée de flammes ; aux cris poussés par la pauvrette, les secours arrivèrent aussitôt.
Néanmoins, malgré les soins prodigués, elle ne put survivre aux brûlures reçues.
Les habitants, s’associant à la douleur de la famille, ont voulu accompagner jusqu’à sa dernière demeure l’infortunée, qui jouissait de la sympathie générale. »

Affiche de Jule Chéret, Gallicz-BnF

Découverte et identification d’un squelette, Alpes-Maritimes 1882

Le 25 octobre 1882, le Petit Niçois rapporte un de ces faits divers qui renseignent mieux sur une société que les grands faits historiques :

Continue la lecture

La colère des dieux, Alpes-Maritimes 1882

L’énoncé du fait divers rejoint parfois le récit mythologique : figure éternelle du forgeron, solitude du héros, simplicité du décor, symétrie du feu de la forge et de l’éclair, image extraordinaire de l’enclume tordue par la foudre, tout concourt à rapprocher cet article paru dans le Petit Niçois le 9 septembre 1882 d’un archaïque épisode poétique.

Continue la lecture