Archives pour la catégorie femmes

#ChallengeAZ 2016 O comme Ottilia Schell

Jacques Brel chantait « Quand on n’a que l’amour » ; le généalogiste a souvent l’occasion de changer les paroles et d’entonner « Quand on n’a que les dates » au moment où il essaye de reconstituer l’existence d’un de ses ancêtres. C’est mon cas avec Ottilia Schell. Continue la lecture

#ChallengeAZ 2016 K comme Anna Maria Kesselmeyer

Elle est née le 12 août 1645 à Barr, au centre de l’Alsace, à l’ouest du Mont Sainte-Odile, dans une petite région de vignobles. Son grand-père, Johann Georg était né à Offenburg, dans le pays de Bade, juste en face de Strasbourg, mais de l’autre côté du Rhin. Pourquoi est-il venu s’installer et mourir à Barr, on l’ignore. Le père d’Anna Maria, Georg, est un marchand, sans autre précision, et, du fait qu’elle appartient à la petite bourgeoisie, elle se mariera avec un artisan. Continue la lecture

#ChallengeAZ 2016 I comme Ignace

Pour cette lettre i, qui ne m’inspirait guère, j’ai fini par trouver une ancêtre prénommée Ignace. Non, il n’y a pas de faute, vous avez bien lu une ancêtre. Il s’agit d’Ignace Gabrielle Isabey, mon Sosa 391, autrement dit ma 6ème arrière-grand-mère. Continue la lecture

#ChallengeAZ 2016 A comme Marguerite Alemande

Trois actes paroissiaux, c’est tout ce qui reste d’une vie humaine après bientôt quatre siècles : quelques mots qui, dans leur concision, ne donnent qu’une idée très réduite de ce qu’a pu être une existence, en l’occurrence celle de mon Sosa 2081, Marguerite Alemande :
Continue la lecture

Mort d’une mendiante

La mort des miséreux est toujours émouvante quand on la rencontre dans les registres ; elle l’est encore plus si elle concerne sa propre famille, comme dans cet acte de sépulture établi en 1752 à la Grand’Combe-des-Bois, aujourd’hui dans le département du Doubs. Continue la lecture

#ChallengeAZ 2015 W comme Wagner

Qu’on se rassure, je ne vais pas parler de ce musicien saxon qui nous a laissé des opéras aux grâces et à la légèreté de semi-remorque, mais de mon Sosa 945, autrement dit ma septième arrière-grand-mère, qui s’appelait Anne Wagner. Si on devait traduire ce patronyme, cela donnerait Charron ou Carron. À vrai dire on n’a que très peu d’éléments sur elle, tout juste un acte de mariage établi dans la paroisse protestante de Rothau, qui appartient aujourd’hui au Bas-Rhin : le 10 juin 1679 elle épouse un certain Nicolas Banzet natif de Solbach à quelques kilomètres de là, qui est nommé Colas Louz dans l’acte où on lui donne le patronyme de son beau-père. Le document, qui est en français, dit qu’elle est « de Oberrotweil en Breisgau » ; elle vient donc du Pays de Bade, sur l’autre rive du Rhin, exactement du Kaiserstuhl, un minuscule massif volcanique qui est presque au bord du Rhin. Pourquoi est-elle venue en Alsace ? Encore un mystère lié à la généalogie.

AM Banzet Nicolas x Wagner Anne 1679 Rothau

#ChallengeAZ 2015 J comme Jäger

Christine Barbara Jäger est mon Sosa 225. J’ignore la date de sa naissance et son  lieu ; mais, comme elle s’est mariée le 27 novembre 1747 à Bretten dans le Bade-Wurtemberg au nord de Karlsruhe, on peut émettre l’hypothèse qu’elle y est née si tant est que la coutume soit la même en Allemagne qu’en France de célébrer le mariage au lieu natal de la fiancée. Son patronyme assez courant, signifie simplement « chasseur ».
Continue la lecture

#ChallengeAZ 2015 E comme Esprit

Mettons un peu d’Esprit dans ce Challenge AZ, puisque c’était le nom de mon Sosa 39, Catherine Esprit, née le 6 mars 1819 à Saint-André-de-Sangonis dans l’Hérault. Que sait-on d’elle ? Pas grand-chose, car c’est un de ces fantômes discrets qui peuplent nos généalogies, on n’ose pas dire un esprit. À dix-huit ans elle se marie avec un certain Antoine François Auzard, qui a treize ans de plus qu’elle. L’acte de mariage le qualifie d’agriculteur, ce qui n’est pas très original, alors que son père à elle est dit cultivateur, peu surprenant non plus, mais où est la différence ? Catherine meurt en 1868 alors qu’elle n’a pas cinquante ans ; elle aura passé toute sa vie dans le même village ; elle a mis au monde cinq enfants et été veuve pendant trois ans, ce qui est bref.  Si loin, si proche : elle est la grand-mère de ma propre arrière-grand-mère, que j’ai connue.

#généathème : ma lignée cognatique

Sur une idée de Benoît Petit, qui l’a brillamment développée dans un article de son blog Mes Racines Familiales, je présente ici ma lignée cognatique, autrement dit mon ascendance de mère en mère. Mais je ne remonte pas très haut, en tout cas pas jusqu’à Mme de Néandertal. Continue la lecture