Archives pour la catégorie Nice

Mais qu’a-t-il fait ? Nice 1881

Telle est la question qu’on est en droit de se poser quand on lit cet article du Petit Niçois en date du 31 mai 1881. Qu’est-ce qui peut justifier l’arrestation de ce jeune homme ? Est-ce vraiment le soupçon d’avoir volé un verre ? Ne serait-ce pas plutôt son origine italienne ? Car le Nice de ces années-là, du moins dans la presse, est en proie à une crime d’italophobie. On a déjà rapporté un cas semblable dans « Arrêté parce qu’il ne fait rien ».

Continue la lecture

Accident dans une écurie

L’accident qui est évoqué par un article paru dans Le Petit Niçois du 15 mai 1881 est en fait un accouchement. On y retrouve un peu la même situation que celle évoquée dans « Infanticide, Nice 1881 (suite) » : dans les deux cas la mère est une femme d’âge mûr qui doit encore affronter la maternité. Ces tristes histoires font toucher du doigt ce qui se passait avant que le contrôle des naissances s’étende aux classes populaires. On aimerait savoir ce qui a forcé la victime de cet « accident » à prendre le train en dépit de son état. Il y a d’ailleurs gros à parier qu’elle a dû affronter l’inconfort d’une troisième classe avec ses banquettes en bois.

Continue la lecture

Jamais sans mon manteau, Nice 1881

Pour saisir toute la saveur de ce court article paru dans Le Petit Niçois du dimanche 17 juillet 1881 quelques précisions de vocabulaire ne sont peut-être pas inutiles : les poucettes sont d’après Littré une « corde ou chaînette dont on se sert pour attacher les pouces de certains prisonniers », autrement dit l’ancêtre des menottes. Dans le contexte une fille est une prostituée, quant au violon, terme emprunté à la presse parisienne, c’est la cellule de la garde à vue.

Continue la lecture

Tragique prévoyance

Ce terrassier italien sait ce que signifie avoir faim ; c’est sûrement cette faim qui l’a amené en France pour trouver du travail et qui lui a appris la valeur des choses. Mais, comme le relate Le Petit Niçois du 1er juin 1881, son sens de l’économie va lui être fatal.

Continue la lecture

Infanticide, Nice 1881 (suite)

On a évoqué dans un précédent article l’horrible découverte des restes d’un nouveau-né dans un récipient destiné aux matières fécales. Les faits se sont déroulés dans une maison du Vieux Nice vers la fin du mois de mars 1881. Il n’a pas dû être très difficile pour les policiers de trouver la coupable en menant une enquête de voisinage et, dès le 13 juillet 1881, Le Petit Niçois rapporte la séance de la cour d’assises où cette malheureuse va être jugée et condamnée.
Continue la lecture

Infanticide, Nice 1881

On touche le fond de l’horreur et surtout celui du manque de respect pour la créature humaine avec cette macabre anecdote qui s’est déroulée dans le Vieux Nice et que rapporte Le Petit Niçois du 29 mars 1881 : Continue la lecture

Un espion démasqué, Nice 1888

Certes, ce n’est pas James Bond ce modeste professeur d’allemand dans un collège de Nice, mais il manque vraiment de discrétion : la police s’étonne des pièces d’or avec lesquelles il offre de généreuses tournées dans les cafés ; elle relève aussi « l’empressement » équivoque qu’il montre auprès de certains jeunes gens. En plus il se vante de sa participation à la récente guerre franco-prussienne. Et c’est au bureau de poste qu’il se rend pour expédier chez lui du matériel militaire français, en l’occurrence une munition destinée au nouveau fusil qui vient d’équiper l’armée française et l’équipera encore en 1914-1918, le fameux fusil Lebel. Rappelons que quelques années plus tard l’affaire Dreyfus aura pour point de départ une lettre concernant une pièce d’artillerie.
Voici l’arrestation de l’espion, telle que la relate Le Petit Niçois du 30 août 1888 : Continue la lecture

Arrestations à Nice en 1881

Dans Le Petit Niçois vers la fin du XIXe siècle, une rubrique quotidienne qui ne manque jamais de matière, celle qui a pour titre « Arrestations », non que délinquance et criminalité soient particulièrement importantes à Nice – on a plutôt l’impression de l’inverse en parcourant la presse, mais il semble qu’on ait l’arrestation facile, comme on le voit dans la reproduction qui suit de la rubrique du vendredi 15 avril 1881 : mendicité, vagabondage, ivresse et racolage sont des motifs suffisants pour arrêter des contrevenants souvent très jeunes. On soupçonnerait volontiers cette sévérité d’avoir pour mobile de préserver l’image de la ville aux yeux des riches touristes qui viennent y passer l’hiver… Continue la lecture

Un naturiste à Nice en 1881

Le Petit Niçois du jeudi 24 mars 1881 rapporte un incident qui a dû semer pas mal d’émoi parmi les lavandières occupées à leur lessive sur les bords du Paillon, ce fleuve côtier qui traverse Nice et que d’ailleurs on ne peut plus voir aujourd’hui puisqu’il a été entièrement couvert :

Continue la lecture

Trop d’excès de vitesse en 1881

Rien de nouveau sous le soleil ; en tout cas celui de Nice a été témoin depuis longtemps des risques que font encourir à tout le monde les conducteurs imprudents, à commencer par les professionnels, comme le suggère Le Petit Niçois du mardi 15 mars 1881. Je peux d’ailleurs rattacher cet article à la généalogie, puisque le père d’un mien grand-oncle par alliance était cocher d’un fiacre à Nice en ce temps-là… Continue la lecture