Archives pour la catégorie Var

Un navire abandonné, presqu’île de Giens 1885

Un fait divers qui a des airs de fortune de mer, mais qui n’est rien d’autre qu’un abandon de poste et un vol, voilà ce que raconte Le Petit Niçois du 29 janvier 1885. Un brick goélette est un trois-mâts qui n’en aurait plus que deux et ce navire nous rappelle l’importance de la marine à voile en ce temps-là. Une question se pose, et les enquêteurs ont dû se la poser : l’armateur ne grossit-il pas la somme dérobée à l’intention des assureurs ?

« Un navire abandonné. – Le trois-mâts grec Nicolas Calvocoresi, capitaine Colokandis, vient de remorquer, au port de Toulon, le brick goélette italien l’Agostina-Francesca.
L’Agostina-Francesca a été trouvée complètement abandonnée par son équipage, un de ses mâts cassés, sans voiles est totalement dévalisée.
C’est en passant près des côtes de la presqu’île de Giens, que le navire grec a fait cette singulière trouvaille.
L’armateur du brick goélette italien, M. Mathieu Giovanni, qui habite Nice, immédiatement prévenu, a déclaré qu’il y avait eu à bord 7000 fr. en espèces.
La Gazette de Nice, à laquelle nous empruntons cette nouvelle, ajoute qu’on est à la recherche de l’équipage et que l’on se perd en conjectures sur ce mystère. »

Arnaque nigériane en 1884

Le Petit Niçois du 15 février 1884 relate une naïve tentative d’escroquerie dont le schéma est appelé à prospérer quand, un siècle plus tard, apparaîtra Internet :

Continue la lecture

Le curé dérape sur l’autel, Fréjus 1883

Les lecteurs du Petit Niçois peuvent lire, dans le numéro du 2 novembre 1883, le récit d’un accident qui susciterait le sourire si la victime avait été moins atteinte.

Continue la lecture

Horreurs en série, hiver 1883

Au XIXe siècle, le feu est partout : aux traditionnelles bougies et cheminées, le progrès a ajouté poêles et lampes à pétrole. Outre les incendies, les accidents domestiques sont fréquents et leur récit, qui n’est pas toujours dénué d’une certaine complaisance pour l’horreur, revient régulièrement parmi les faits divers. Le Petit Niçois du 10 janvier 1883 rapporte ainsi un de ces drames : Continue la lecture

Apparitions à Saint-Tropez

De La Salette à Lourdes les apparitions se multiplient au XIXe siècle. Mais il arrive que la supercherie soit démasquée, comme on peut le lire dans le Petit Niçois du samedi 11 novembre 1882 :

« Apparitions à Saint-Tropez. – Un bruit assez étrange est en circulation à Saint-Tropez. On raconte, surtout dans les régions cléricales, qu’il y a environ treize jours, deux hommes, habillés en femmes, portant costumes antiques, ayant la figure voilée et les cheveux épars, sont apparus et à diverses personnes et leur ont dit d’une voix de stentor :
« Nous allons voir le retour de la Commune. Malheur aux prêtres ! Malheur aux femmes enceintes ! Il y aura des pleurs et des grincements de dents. Les petits-enfants mourront au berceau, etc. »
Il est regrettable que ces mêmes hommes, habillés en femmes, n’aient pas fixé en même temps la date du retour d’Henri V, sur lequel on compte, dans les officines cléricales, pour le 1er janvier 1883. »

Jeux interdits

Curieux amusement que celui qu’avait trouvé ce petit Varois et que raconte Le Petit Niçois du 13 juillet 1882. En tout cas la justice l’a pris très au sérieux, ce qui tendrait à démontrer qu’il existait une possibilité de faire dérailler un train de cette façon et que le danger créé était bien réel. Continue la lecture