Archives pour la catégorie publicité

De la pub pour Nice en 1884

Dès 1884 le maire de Nice, Alfred Borriglione, emploie des moyens modernes pour promouvoir dans sa ville le tourisme qui, rappelons-le, est à cette époque un tourisme hivernal, comme le note un article paru le 20 décembre dans Le Petit Niçois, dont il est d’ailleurs le fondateur :

« La température de Nice. – Le Figaro publie, depuis quelques jours, un bulletin météorologique de notre ville, qui lui est envoyé de l’observatoire de Mont-Gros.
C’est à notre maire-député, M. Borriglione, qu’est due cette insertion qui, en faisant connaître toujours davantage la douceur de la température dont nous jouissons, ne peut que décider un plus grand nombre d’étrangers à venir passer l’hiver à Nice. »

.

Alfred Borriglione, maire de Nice de 1878 à 1886.

La douceur du climat niçois sera par la suite le grand thème des affiches de la société des chemins de fer PLM, comme celle-ci, créée en 1895 par Frédéric Alexianu et Hugo d’Alesi :

Vers verts

Un petit poème, trouvé dans La Brise du Soir, un journal de Montpellier du 7 février 1891. Bien sûr, ce n’est pas du Verlaine, quoiqu’on pense immanquablement au Pauvre Lélian en raison du sujet: Continue la lecture

Régalez-vous, Montpellier 1870

Et soignez-vous aussi, en savourant ces friandises que vous ne trouverez qu’en pharmacie et que signale une réclame dans La Liberté de Montpellier du 22 janvier 1870 : Continue la lecture

Un véhicule d’avenir : la voiture à vapeur, Montpellier 1891

La Brise du Soir, un hebdomadaire de Montpellier, se livre dans son numéro du 3 janvier 1891 à un éloge de ce qui apparaît comme un moyen de transport promis à un grand avenir : Continue la lecture

Cacao à la cocaïne, Nice 1890

Une publicité parue le 31 octobre 1890 dans Le Petit Niçois :

Continue la lecture

Assurez-vous contre le service militaire, Montpellier 1870

En 1870 la durée du service militaire est de cinq ans et, si on tire un mauvais numéro, depuis la loi du 26 avril 1855 on ne peut plus se faire remplacer ; mais on peut être dispensé du service moyennant le versement d’une exonération qui atteint 2500 Fr. et qui est reversée à des militaires de métier. Continue la lecture