Archives pour la catégorie société

Un internement abusif, Nice 1884

Le Petit Niçois du samedi 11 mai 1884 raconte comment une pauvre femme qui ne commettait pas d’autre délit que d’être « atteinte d’idiotisme » va se retrouver expédiée dans un hôpital psychiatrique parce qu’elle avait la malencontreuse habitude de prendre l’air « sur le seuil d’une maison », à une époque où, d’ailleurs, les habitants sortaient des chaises devant chez eux le soir pour prendre le frais :

« Une malheureuse, atteinte d’idiotisme, se tenait habituellement sur le seuil d’une maison dans la rue Palermo.
Cette pauvre femme a été conduite provisoirement au poste ; mais nous croyons que par les soins de la police elle sera amenée dans une maison de santé. »

Encore des pubs, Nice 1884

Tout au long du mois de janvier 1884, Le Petit Niçois publie sur sa quatrième et dernière page des publicités pour un magasin de confection – on ne disait pas encore prêt à porter – à succursales multiples, La Belle Jardinière, dont la première boutique avait ouvert à Paris en 1824 et dont les dernières ont fermé au début des années 1970.

Continue la lecture

Des pubs, Nice 1883

En 1883 la publicité est déjà envahissante et investit tout espace disponible : affiches sur les murs, hommes-sandwiches sur les trottoirs, jusqu’à la rubrique des faits divers dans les journaux quotidiens, où des « publicités rédactionnelles », comme on appelle pudiquement les pubs qui se camouflent en articles rédigés, envahissent la rubrique des faits divers. Continue la lecture

Accident du travail, Nice 1883

Quoi de plus banal qu’un ouvrier qui tombe d’un échafaudage ? Ce genre d’accident est malheureusement très fréquent. Mais ce qui est étonnant et significatif d’une époque est l’âge de la victime du fait divers que rapporte Le Petit Niçois du 9 septembre 1883 :

« Chute. – Vendredi, à 6 heures du matin, le nommé Joseph Rulfo, âgé de 78 ans, maçon, qui était occupé à crépir la cage de l’escalier d’une maison du quartier de Saint-Etienne, a perdu l’équilibre et est tombé du deuxième étage dans le vide.
Il a reçu, dans sa chute, une assez grave blessure à la tête ; on a dû le transporter à l’hôpital. »

Débuts automobiles, Alpes-Maritimes 1883

Bien avant que le moteur à explosion ne multiplie les automobiles, des engins à vapeur parcourent les routes, comme on peut le lire dans Le Petit Niçois du 6 juillet 1883 et ne mettent que dix heures pour franchir la vingtaine de kilomètres qui séparent Menton de Sospel :

« Locomotives routières – Le service des fortifications a affecté deux locomotives routières aux travaux des forteresses en cours de construction sur la frontière. L’une de ces machines fonctionne entre Menton Sospel et vice versa, l’autre entre Sospel et le fort Barbonnet.
La locomotive faisant le trajet de Sospel à 1a station dn chemin de fer, y prend des plaques de blindage qn’on charge sur un vagonet [sic] jusqu’à concurrence de 26.000 kilogr. et que remorque la machine à vapeur.
La distance entre Sospel et Menton est franchie à vide en 10 heures et en 12 heures entre Menton et Sospel, les pentes de la route étant extrêmement raides et les lacets nombreux et à très courts rayons. »

On peut voir sur YouTube certains de ces engins circuler, restaurés par des passionnés aux USA :

Un troisième téléphone à Nice en 1883

On n’arrête pas le progrès : en 1876 Alexander Graham Bell dépose le brevet qui crée officiellement le téléphone ; en 1879 l’invention se répand en France ; et le jeudi 14 juin 1883 Le Petit Niçois nous apprend qu’une entreprise de la ville vient de se doter de ce système, qui serait le troisième à Nice. À noter qu’il s’agit encore de liaisons point à point et que, d’un poste d’appel, on ne peut joindre que le seul correspondant auquel le câble vous relie.

« Téléphones. – Un troisième téléphone a été établi hier à. Nice.
C’est la Société générale de transports qui l’a fait établir pour mettre en communication ses bureaux de la rue Gubernatis avec ses remises situées au quartier Riquier.
On sait qu’il existait déjà deux téléphones dans notre ville : l’un entre la Caisse de Crédit et la Villa de M. Sicard à Saint-Jean ; l’autre entre le Théâtre Français et le café de la Maison Dorée. »

Objets trouvés, Nice 1882

On épargnera au lecteur le lieu commun de l’« inventaire à la Prévert » que n’est vraiment pas la liste suivante publiée dans le Petit Niçois du 31 décembre 1882, car elle donne un aperçu très cohérent de ce que les gens transportaient sur eux, bien différent de ce qu’on trouverait aujourd’hui :

« Objets trouvés. – Liste des objets trouvés et déposés au commissariat central de police, du 1er au 31 décembre inclusivement, et non encore réclamés :
Un carnet contenant différentes notes.
Un fichu en soie noire.
Une boîte renfermant une médaille italienne.
Un canif.
Une épingle en or.
Deux parapluies en soie.
Trois camisoles de femme.
Un couvert en argent portant des initiales.
Une tabatière en argent.
Un grand éventail.
Une boucle d’oreille en or.
Trois couvertures de cheval.
Un sac de voyage contenant divers objets.
Trois porte-monnaie.
Une canne première en argent.
Un paquet contenant un canevas pour pantoufles.
Trois mouchoirs blancs.
Un portefeuille contenant différentes notes.
Plusieurs déclarations de chiens trouvés.
Plusieurs clés.
Une ombrelle en soie paquet de bonbons.
Une montre en or. »

Une remarque s’impose d’ailleurs : la plupart de ces objets dénotent le fait d’avoir été perdus par des personnes plutôt aisées, voire bourgeoises ; les pauvres quant à eux n’ont rien à perdre.

Nice, une tranche de vie en 1882

Le Petit Niçois du dimanche 15 octobre 1882 dans sa rubrique des faits  divers locaux montre à la façon d’un kaléidoscope la variété de la vie niçoise à la fin du XIXe siècle, en allant des princes aux gens les plus simples et en passant par les pèlerins, le poisson avarié, les amoureux et un escroc :

Continue la lecture

Prolétariat, Nice 1882

Voici un article paru le lundi 11 septembre 1882 dans le Petit Niçois. Difficile d’être à la fois plus vague et plus précis :

« Arrestations — La police a arrêté hier matin, à 4 heures, les individus ci-après désignés qui ont été trouvés couchés dans une baraque située rue de l’Escarène :
Labbé Hiquette, 20 ans, maçon ;
Rocca David, 18 ans, maçon ;
Fossatti, Gaétan, 16 ans, menuisier ;
Lamberti, 18 ans, maçon ;
Ravel Joseph, 17 ans, maçon. »

Continue la lecture

Ouverture de la chasse, 1882

Depuis la loi du 3 mai 1844 qui en définit les périodes, les chasseurs attendent avec impatience l’ouverture de la chasse. Les gendarmes aussi, car ils vont partir à la chasse aux braconniers et aux chasseurs sans permis, de plus leurs patrouilles vont les amener dans des secteurs où on ne les voit guère d’habitude et ils pourront procéder à diverses arrestations prometteuses de primes. Ces menues gratifications sont détaillées dans un article du Petit Niçois le dimanche 20 août 1882.

Continue la lecture