Accident de chasse, Alpes-Maritimes 1882

Dans ce fait divers que rapporte Le Petit Niçois du 1er mai 1882, on peut s’interroger sur la validité du titre « accident de chasse ». En effet l’accident en question ne se déroule pas pendant la chasse elle-même et il n’a rien à voir avec les pratiques cynégétiques. C’est simplement le fruit malheureux de l’imprudence et de l’inconscience.

Continue la lecture

Noyée pour remplir une cruche, Nice 1882

Au XIXe siècle et avant, la noyade est très fréquente parmi les causes de décès accidentels. Plusieurs articles de ce blog ont déjà évoqué ce sujet. Parmi ceux qui concernent Nice, on peut lire les noyés du Var ou bien Mourir à trois ans, 1818. L’accident que raconte Le Petit Niçois du 29 mai 1882 évoque la vie paysanne dans ce qu’elle a de plus simple – on pense à Giono en le lisant. Il s’est pourtant déroulé à quelques centaines de mètres du Nice des touristes et de la richesse, dans une zone qui n’avait pas encore perdu toute sa ruralité et qui se situe à l’extrêmité ouest de la Promenade des Anglais.

Continue la lecture

Éboulement, Nice 1882

Les accidents dus à des éboulements sont fréquents. L’un d’eux a déjà fait l’objet d’un article sur ce blog, « Tragique Prévoyance ». Le drame que raconte le Petit Niçois dans son numéro du 19 avril 1882 n’a rien d’original mais il frappe un membre de ma famille, cousin de mon arrière-grand-père.

Continue la lecture

Dur d’être policier en 1882

On risque même d’être mordu quand on fait respecter la loi, ainsi que le rapporte Le Petit Niçois du 6 février 1882 :

« Arrestations — Trois filles soumises ont été arrêtées pour appel à la débauche sur la voie publique. L’une d’elles, qui avait occasionné une scène de désordre et un grand rassemblement, sera mise à la disposition de M. le procureur de la République, pour avoir opéré une vive résistance aux agents, qu’elle a frappés et mordus. »

Mais où sont les artichauts ?

Et la charrette où étaient les artichauts ? Et le cheval qui tirait cette charrette ? Et le paysan qui conduisait l’ensemble ? On a au moins retrouvé celui-ci : il a été écrasé par la charrette qu’il conduisait lui-même. Cet accident peu commun est raconté par Le Petit Niçois du 7 avril 1882.

Continue la lecture

Communiquer en 1882

Alors que notre époque croule sous les mails et les SMS, en 1882 il fallait procéder à la mobilisation des télégraphistes et à l’installation d’une ligne spéciale pour que la reine Victoria puisse communiquer avec son royaume pendant ses séjours récurrents sur la Côe d’Azur, ainsi que le rapporte Le Petit Niçois du 16 mars 1882 : Continue la lecture

Une disparition d’enfant à Nice en 1882

Quand on ne trouve plus un de ses enfants, quoi de plus simple que de mettre une annonce dans le journal ? C’est ce que montre Le Petit Niçois du 15 mars 1882.

Un faux suicide à Antibes en 1882

Comme le rappelait un précédent article, le suicide est fréquent à la fin du XIXe siècle, du moins les cas décrits dans la presse sont fréquents. Il arrive aussi qu’un apparent suicide dissimule un meurtre, parfois de façon très maladroite, comme le rapporte Le Petit Niçois du 4 mars 1882 :

Continue la lecture

Un suicide à Toulon en 1882

En cette fin du XIXe siècle les suicides sont fréquents et leur récit est un sujet récurrent dans la presse. Émile Durkheim publiera bientôt son ouvrage sur Le Suicide, un des textes fondateurs de la sociologie. Et Le Petit Niçois du 3 mars 1882 relate un drame familial :

Continue la lecture

Un chien abattu de dix-sept coups de fusil, 1882

Les medias ont fait grand bruit il y a peu autour d’un cerf tué dans le jardin d’un pavillon. À Cannes en 1882 c’est un chien qui a été massacré dans la cour d’une école – une école libre tenue par les Maristes, qui plus est. Tels sont les faits que relate sans les commenter Le Petit Niçois du 15 février de cette année-là.

Continue la lecture