Drame à Cannes en 1884

Le Petit Niçois du jeudi 13 mars 1884 rapporte un meurtre suivi d’un suicide, double mort qui reste sans explication et d’ailleurs inexplicable si ce n’est par l’hypothétique folie du meurtrier :

Continue la lecture

Du minet au menu

Si vous êtes en panne d’inspiration pour composer vos repas des Fêtes, Le Petit Niçois du 26 décembre 1886 peut vous apporter des idées: Continue la lecture

Ah les cochons !

Le Petit Niçois du 25 février 1881 rapporte un accident de la circulation dans un article qui se passe de commentaire : Continue la lecture

Des Allemands qui ont soif, Nice 1881

Le Petit Niçois du 06 février 1881 évoque le moyen qu’ont trouvé certains pour boire sans payer : Continue la lecture

Les filles soumises se rebiffent, Nice 1881

Un incident assez rare, raconté dans Le Petit Niçois du 4 février 1881 : Continue la lecture

Arrêté parce qu’il ne fait rien, Nice 1881

À la page 3 – celle des faits divers – du Petit Niçois du 2 février 1881, qui en compte 4, un court article qui résume toute une société : on arrête un homme qui n’a rien fait, précisément parce qu’il ne fait rien. Continue la lecture

Vers verts

Un petit poème, trouvé dans La Brise du Soir, un journal de Montpellier du 7 février 1891. Bien sûr, ce n’est pas du Verlaine, quoiqu’on pense immanquablement au Pauvre Lélian en raison du sujet: Continue la lecture

La fin d’Eve Rosine

Dans l’article précédent, « Eve Rosine et Eve Rosine », on a laissé le couple François Antoine Caspar et Ève Rosine Cardès en 1851 avec ses deux enfants, Reine et Antoine. Un troisième enfant naît en 1856 et on l’appelle Marie Anne. Antoine et Rosine pourraient vivre tranquillement leur petite vie d’ouvriers, mais le malheur va les frapper : Continue la lecture

Eve Rosine et Eve Rosine

Après le cas rapporté dans le précédent article « Marie Rosine et Marie Rosine », j’ai été à nouveau victime de l’homonymie et de façon plus diffcile, voici dans quelles circonstances : Continue la lecture

Marie Rosine et Marie Rosine

Retour a la généalogie pure et dure, avec ses menus tracas et ses mauvaises surprises dont on sourit jaune quand le problème a été résolu. Une anecdote à ce sujet. Continue la lecture